Refus ADN - FNAEG Site de ressources sur le refus de prélèvement génétique
Accueil du site > Communiqués et pétitions > Nouveau fichage, nouveau refus

Nouveau fichage, nouveau refus

jeudi 1er mars 2007, par refusadn

Bonjour, Nous avons été victimes d’une interpellation abusive lors de journées d’actions citoyennes autorisées. J’ai refusé la prise d’ADN mais l’autre personne menécée, comme moi d’un an de prison, a accepté sous la contrainte. Comme il est reconnu que nous n’avons commis aucun délit (lettre du procureur) cette personne a porté plainte car il est inconcevable qu’elle soit fichée au fichier ADN sans raison et pour une interpellation aux motifs illégitimes. Pouvons nous rejoindre notre combat ? Chantal Cottet www.collectif-justice.net PS notre site n’est pas à jour. Nous sommes en train de le reprendre en main. Vous pouvez cependant signer la pétition en page d’accueil.

Ci-après les photos du "délit" commis à Nice par l’Artiste Chantal Cottet et le Collectif Justice qu’elle préside (www.collectif-justice.net 01 69 90 37 76 L’artiste oeuvrant pour le Collectif Justice Pour Tous a déroulé un tapis rouge à Nice pour inviter les professionnels du droit et les politiques à venir rencontrer les justiciables..... M. "REDON" Vice-procureur de Nice a vu rouge et a d’abord fait mettre en garde à vue chantal Cottet, responsable de l’organisation de ces journées citoyennes autorisées par la Mairie et la Préfecture, au motif de ...."dégradations volontaires sur un bâtiment public" puis, n’obtenant pas de Chantal Cottet les aveux souhaités, a interpellé une heure plus tard Nadia Aouassi, représentante de l’association "La même Justice pour Tous", et fait saisir toutes les banderoles et panneaux de ces deux associations, laissant déserte la place du Palais de Justice où les citoyens avaient été invités par voie de presse. N’ayant pas réussi, au cours des 7 heures de garde à vue, à intimider ces deux militantes et à leur extorquer des aveux pour un délit qu’elles n’avaient pas commis, le Vice-procureur de Nice M. "REDON" a, de dépit, fait détruire l’oeuvre de Chantal COTTET et les banderoles et panneaux du Collectif Justice et de l’association "la même justice pour tous". Le procureur Eric de Montgolfier considère que l’ordre de détruire donné par son Vice-procureur M. "REDON" est contraire au droit. Chantal Cottet raconte : "Nous avons subi des pressions et une intimidation inacceptables lors de notre garde à vue qui a duré 7 heures et Nadia Aouassi de l’asso "la même justice pour tous" de Nice en est ressortie traumatisée et fichée (prise d’ADN) mais en ce qui me concerne, ce qui m’a le plus choquée, c’est d’avoir été conduite à leur caserne, menottée et placée au milieu à l’arrière de leur véhicule entre deux policiers, sans ceinture de sécurité, dans une voiture conduite à toute allure dans Nice alors, qu’il n’y avait aucune urgence. J’ai vu ma dernière heure arriver. Et quand je leur ai demandé de ralentir au motif qu’en cas d’accident, je serais projetée contre le pare-brise sans même pouvoir me retenir étant menottée, ils m’ont répondu qu’ils avaient l’habitude ! Je précise que je viens d’être condamnée à 442 euros d’amende par le Tribunal de Police d’Amiens pour.... conduite sans port de la ceinture de sécurité et donc pour avoir mis ma vie en danger. Mais que ces fous mettent ma vie en danger ne semble pas déranger M. Sarkozy. De même, le respect de la réglementation par les forces de police ne semble pas non plus être à l’ordre du jour de M. Sarkozy ! "

Ainsi, c’est de dépit et parce qu’il n’avait pas réussi à extorquer à Chantal COTTET et à Nadia Aouassi des aveux pour un délit qu’elles n’avaient pas commis que le Vice-Procureur de Nice M. "REDON" a fait détruire l’oeuvre de Chantal Cottet et les banderoles et panneaux des associations.

Sans leurs banderoles et panneaux ces associations ne sont plus visibles :

Les victimes du système judiciaire épuisées par des dizaines d’années de procédure et paralysées par la peur d’un système qui les a spoliées et broyées n’ont ni les moyens, ni la force physique et morale de se mobiliser et de se joindre aux actions du collectif justice. De ce fait, la visibilité du Collectif Justice repose uniquement sur ses banderoles, panneaux, logos, flyers et les performances artistiques de Chantal Cottet. Le matériel du Collectif qui a été détruit était essentiel pour interpeller les citoyens et les inviter à signer la pétition du collectif « pour une réforme profonde du système judiciaire ».

Cette destruction qui prive ces deux associations de visibilité et les obligent à interrompre leurs actions, constitue une grave atteinte au droit de manifester.

Le Collectif Justice et l’association "La même justice pour tous" demandent une indemnisation amiable au Ministère de la Justice pour le remboursement de leur matériel et le préjudice que constitue l’impossibilité d’être visibles, depuis cette date, en l’absence de financement propre leur permettant de reproduire le matériel détruit. A défaut, ces deux associations engageront une action en responsabilité de l’Etat pour destruction illégale de matériel, interpellations abusives, atteinte au droit de manifester. Nadia Aouassi a porté plainte pour interpellation, intimidation, fichage et prise d’ADN sans motifs. Chantal COTTET engage une procédure pour destruction d’oeuvre d’art et atteinte à sa liberté d’expression.

Avec l’aide d’ordi-solidaire, ordinateurs d’occasion

Site under construction

Site under construction

Warning: a technical problem (SQL server) prevents access to this part of the site. Thank you for your understanding.